Partenariat avec l’université d’Orenbourg

Une convention de partenariat a été signée en janvier 2021 entre la LPO Normandie et l’Université pédagogique d’État d’Orenbourg en Russie. Elle a pour objectif d’agir ensemble pour la protection des oiseaux et de la biodiversité.

Equipe de l'Université Pédagogique d'État d'Orenbourg en Russie sur le projet "Oural"
Équipe de l’Université Pédagogique d’État d’Orenbourg
Photo de Anatoly Davygora
Membres de l'équipe LPO Normandie du projet "Oural"
Équipe LPO Normandie du projet « Oural »
(médiathèque LPO Normandie)

En collaboration avec le département de botanique et de zoologie de cette université, des échanges de connaissances et d’expériences, ainsi que des actions communes sont envisagées. Elles se feront par le biais d’études et d’observations de la diversité biologique, en particulier de l’avifaune des steppes d’Orenbourg et de la Normandie.

Des contrastes naturels

Orenbourg en Russie
(médiathèque LPO Normandie)

Le caractère unique et l’originalité du territoire de la région d’Orenbourg sont dus à son origine et à l’histoire du développement géologique, de la situation géographique et des conditions naturelles actuelles. Située dans les profondeurs du continent eurasien, la région d’Orenbourg est située dans deux parties du monde – l’Europe et l’Asie. La frontière historique et physico-géographique de l’Europe et de l’Asie passe le long du pied oriental des montagnes de l’Oural et de leur prolongement sud.

Contrastes géographiques

Le point le plus au nord de la région se trouve à 54 ° 22 ‘de latitude nord, le sud à 50 ° 30’ de latitude nord. La hauteur du soleil au-dessus de l’horizon les jours d’équinoxe et de solstice varie selon les latitudes de la région de 12º03 ‘à 59º57’. En conséquence, la durée du jour et de la nuit varie de 7 heures 10 minutes à 17 heures 12 minutes (éclairement) et de 6 heures 48 minutes à 16 heures 50 minutes (nuit). La longueur totale de la zone entre les parallèles des points extrêmes est de 3º52 ‘. La longueur totale en longitude est de 10º56’.

La région d’Orenbourg est située dans une zone climatique tempérée à l’est du méridien zéro (Greenwich), à une distance de plus de 4 000 km de l’influence adoucissante de l’océan Atlantique. La région d’Orenbourg se trouve à une distance de 1 700 à 1 800 km de l’océan Arctique et à plus de 600 km du bassin maritime de la mer Caspienne. L’éloignement des océans confère à la région un climat continental et aride. L’amplitude des températures maximales positives et négatives est d’environ 80 °C. Les étés chauds et secs, avec des vents secs, et des hivers froids et glacés, sont fréquents. La dernière décennie a été caractérisée par des chutes de neige tardives et des dégels hivernaux.

Détails de la chaine de l’Oural
(médiathèque LPO Normandie)
paysage de boisements dans la région d'Orenbourg (Russie)
Boisements
Photo de Anatoly Davygora (médiathèque LPO Normandie)
reliefs des paysages de la région d'Orenbourg (Russie)
Reliefs des paysages de la région d’Orenbourg
Photo de Anatoly Davygora (médiathèque LPO Normandie)

La géologie

La principale caractéristique géologique et tectonique du territoire de la région d’Orenbourg est son appartenance à deux structures géologiques significativement différentes au sein de la plaque lithosphérique eurasienne :

  • à l’ouest (au bord sud-est de la plate-forme est-européenne), un bloc rigide et inactif de la croûte terrestre, formé il y a environ 2,5 milliards d’années ;
  • à l’est (au sud de l’Oural), une formation de plus de 250 millions d’années.

A la surface du sol émergent des roches qui se sont formées au Quaternaire, au Néogène, au Paléogène (65 millions d’années), au Mésozoïque (200 millions d’années) et au Paléozoïque (570 millions d’années) et au Protérozoïque supérieur (1,5 milliard d’années).

L’altitude de la région d’Orenbourg varie de 28 m à 669 m au-dessus du niveau de la mer. Une caractéristique du relief de la partie plate-forme de la région est l’asymétrie des vallées. Les pentes de l’exposition sud sont courtes et raides, tandis que celles du nord sont longues et douces. Leur érosion s’est déroulée sur une période assez courte – 20 à 25 millions d’années. Pendant ce temps, le sud de l’Oural et les territoires adjacents ont connu une élévation de 500 à 200 m, respectivement. La différenciation altitudinale complexe du relief, la localisation à la jonction de différentes zones géographiques et des régions bio-géographiques, ont contribué à la formation de la flore et de la faune d’une composition complexe, dans la structure desquelles les influences européennes, sibériennes et caspiennes peuvent être retrouvées.

Le sous-sol de la région est riche en matières premières hydrocarbonées (plus de 200 gisements de pétrole, de gaz, de lignite, de schistes bitumineux), en divers matériaux utilisés en construction, dont le jaspe et le marbre, et des eaux minérales souterraines. Des stations et des cliniques balnéaires fonctionnent grâce à ces eaux minérales. Dans la région d’Orenbourg, il y a une bande de grès cuivreux (les anciennes mines présentent un intérêt archéologique).

Dans les strates de la croûte terrestre, on trouve des minéraux d’origine sédimentaire, magmatique et métamorphique. Ces minéraux sont associés à des accumulations de tungstène, molybdène, chromites, sulfures de cuivre, nickel, serpentine, talc, amiante, or, nickel, bauxite, sel gemme, gypse, dolomite.

Steppes et forêts

Les réserves de la région d’Orenbourg
(médiathèque LPO Normandie)

Sur le territoire de la région d’Orenbourg, la végétation de type steppique domine. Dans l’extrême sud et l’est de la région, les vraies steppes sont remplacées par des steppes sèches. Cependant, les associations forestières occupent les plus grandes surfaces. La végétation forestière est représentée par des conifères (pin, mélèze de Sibérie), des essences feuillues (chêne, tilleul, érable) et à petites feuilles (bouleau, tremble, aulne, peuplier). La zone forestière Buzuluk Bor, objet du patrimoine naturel unique de la Russie et du monde, a reçu en 2007 le statut de « Parc national Buzuluk Bor ».

paysage de stippas (steppes d'herbes à plumes) dans la région d'Orenbourg (Russie)

La région d’Orenbourg est devenue un territoire de développement agricole empiétant sur des terres vierges où plus de 50 % des paysages steppiques ont été labourés. Les steppes d’herbes « à plumes » (les stippas) ont été pratiquement détruites. La végétation steppique, qui occupait environ 70 % du territoire de la région, n’est désormais représentée que dans de petites zones caractérisées par des variations de pentes.

La végétation authentique de la steppe est donc en voie de disparition. Elle est en train d’être sauvée par la création de 6 réserves naturelles réparties d’ouest en est à la frontière du Kazakhstan et grâce… aux chevaux de Prjevalski, dont certains venus de France !

2 chevaux de Prjévalski
Chevaux de Prjevalski
Photo de Anatoly Davygora (médiathèque LPO Normandie)

La Faune

La faune de la région est extrêmement diversifiée. On a dénombré plus de 90 espèces de mammifères, 380 espèces d’oiseaux, 13 espèces de reptiles, 10 espèces d’amphibiens, plus de 50 espèces de poissons. La diversité en espèces d’insectes et autres invertébrés y est riche.

Grue demoiselle avec 2 poussins dans la région d'Orenbourg (Russie)
Grue demoiselle et ses poussins
Photo de Anatoly Davygora (médiathèque LPO Normandie)
aigle des steppes posé au sol
Aigle des steppes
Photo de Anatoly Davygora (médiathèque LPO Normandie)

Parmi les oiseaux emblématiques de cette région, on peut citer la Grue demoiselle (Grus virgo), l’Aigle des steppes (Aquila nipalensis), la Glaréole à ailes noires (Glareola nordmanni), et les alouettes leucoptère (Melanocorypha leucoptera) et nègre (Melanocorypha yeltoniensis) ou le Bruant à tête rousse (Emberiza bruniceps).

Bruant à tête rousse dans la région d'Orenbourg (Russie)
Bruant à tête rousse
Photo de Anatoly Davygora (médiathèque LPO Normandie)

Un peu d’histoire

Des informations sur la région d’Orenbourg ont été trouvées auprès de l’historien grec de l’antiquité Hérodote (Ve siècle avant J.-C.), de Claudius Ptolémée (IIe siècle avant J.-C.), du voyageur arabe Al-Idrisi (XIIe siècle). Au XIIIe siècle, les marchands, ambassadeurs et missionnaires d’Europe occidentale ont suivi à plusieurs reprises l’Oural. Aujourd’hui, la région d’Orenbourg se caractérise par le caractère plurinational de sa population : plus de 80 nationalités vivent ici, pratiquant le christianisme, l’islam et d’autres religions.

Les oiseaux des steppes

Page réalisée en collaboration avec Anatoly Davygora, grâce aux traductions de Galia Lagrost.