logo-lpo
LPO Normandie

Edito

UN RADAR CONTRE LES OISEAUX

La presse s’est largement fait l’écho de l’achat de radars pour chasser les oiseaux dans la région des Hauts de France et en Normandie.

La LPO Normandie tient à préciser sa position :

Ce type de radar ne sert à rien. Il s’agit d’une dépense totalement inutile. En effet, les chasseurs ont déjà avoué (Presse de la Manche, 2 décembre 2018. Déclaration du président de la fédération des chasseurs de la Manche, Gérard Bamas). Que lit-on en effet dans leur communication à la presse ?

« Les données seront traitées et analysées par l’institut scientifique Nord Atlantique, un organisme créé par treize fédérations départementales de chasseurs dont Gérard Bamas est le président du conseil scientifique. »

« A travers ces comptages la fédération départementale des chasseurs entend faire un état des lieux des populations et demander, le cas échéant, une adaptation des périodes de chasse. » Ce qui signifie évidement un allongement des périodes de chasse…

Donc, les chasseurs se font financer par les citoyens (une fortune qui manque cruellement aux associations qui défendent la biodiversité !) un équipement. Ils ont eux-mêmes défini les protocoles d’étude et font eux-mêmes l’expertise « scientifique » ! Et comme si cela ne suffisait pas, ils ont déjà décidé les conclusions, à savoir l’allongement des périodes de chasse…

Bref, c’est grotesque et ridicule. Cela fait invariablement penser aux arguments des fabricants de cigarettes, qui payaient des études qu’ils expertisaient eux-mêmes et qui concluaient évidemment que le tabac c’est bon pour la santé !

De la même manière évidemment, les coups de fusils, c’est bon pour la santé…des oiseaux et celles des promeneurs (des morts tous les ans).

Ce type d’études « dites » scientifiques est une pure stratégie de communication qui ridiculise leurs auteurs et ne sera prise au sérieux par personne, pas même par les chasseurs qui feront seulement semblant d’y croire.

Pour notre part, nous préférons demander une réforme de la chasse. Nous entendons les citoyens qui estiment que le fait de tuer des animaux pour son plaisir n’est plus acceptable aujourd’hui. Nous entendons aussi qu’un certain nombre d’autres citoyens sont encore attachés à l’activité de chasse et estimons nécessaire, sans trancher ce débat de société, de faire évoluer l’activité de chasse pour éviter l’impact trop lourd sur la biodiversité et le bien-être collectif.

La LPO Normandie fait ainsi cinq propositions :

- Interdiction de la chasse le dimanche, de la chasse à courre et des pratiques honteuses et cruelles comme les tenderies, le déterrage des blaireaux, la chasse à la glu…

- Réduction stricte de la période de chasse : 4 mois, du 1er octobre au 31 janvier (les activités de régulation d’espèces, sous réserve d'études scientifiques démontrant un impact avéré, devant se faire pendant cette période).

- Protection de toutes les espèces dont le statut européen est jugé défavorable (le Muséum National d’Histoire Naturelle est l’instance scientifique pouvant définir cette liste d’espèces).

- Interdiction du lâcher d’espèces d’élevage dans la nature.

- Protection des prédateurs (petits et grands) qui jouent un rôle majeur dans les écosystèmes et qui sont injustement considérés comme des « nuisibles ».

Le Conseil d'Administration.

Nos actions