logo-lpo
LPO Normandie

Edito

Accident chimique à Rouen

Suite à l’accident dans l’usine Lubrizol de Rouen, la LPO Normandie a été alertée par des citoyens sur des mortalités d’oiseaux à proximité du site. A ce stade, nous n’avons pas d’éléments probants permettant de faire un lien avec ce grave accident, en particulier pas de témoignages multiples.

Mais le risque pour la biodiversité et évidemment pour la santé des habitants est bien réel. Nous condamnons fermement l’absence de transparence de la préfecture de Seine-Maritime et du ministre de l’intérieur qui se permettent de déclarer : « Il n’y a pas de dangerosité particulière…Il n’y a pas de risque avéré pour la population. Des premières analyses de la qualité de l’air…n’ont pas mesuré de toxicité aiguë de l’air ».

Or, ceci est faux et ces autorités le savaient très bien quand elles se sont exprimées. En effet, dans le même temps, par un premier communiqué de presse et une alerte sur son site le 27 septembre (puis une confirmation dans un long communiqué détaillé le 28 septembre) l’association ATMO Normandie, chargée des mesures a bien précisé : « Son mode de calcul (indice de la qualité de l’air) ne prend pas en compte les polluants atypiques émis lors d’accident. Des mesures complémentaires ont été réalisées dont l’analyse complexe ne peut être en temps réel car faite en laboratoire de chimie ».

ATMO Normandie a donc honnêtement reconnu que…on ne savait rien à ce stade ! Et le même préfet qui affirme qu’il n’y a pas de danger a émis les recommandations suivantes : les éleveurs doivent mettre leurs bêtes sous abri, il est interdit de nourrir les bêtes avec des aliments souillés, il faut faire pâturer les bêtes sur des pâtures saines (on rappelle qu’elles doivent en même temps être sous abri et on s’interroge sur les moyens de vérifier qu’une pâture est saine !), les agriculteurs ne doivent rien récolter, ne doivent pas nettoyer les champs, les riverains ne doivent pas consommer les produits de leurs jardins s’ils ne sont pas épluchés ou lavés (donc en cas de pollution chimique il suffirait de laver les légumes avec de l’eau…polluée ! Mais c’est vrai que le Préfet a aussi dit qu’il n’y avait pas de risque concernant les nappes phréatiques…).

De qui se moque-t-on ? On nous fait de nouveau tout simplement le « coup » du nuage nucléaire de Tchernobyl qui n’a pas passé la frontière...

Avec tous ces discours, comment les citoyens peuvent-ils avoir confiance dans l’Etat ? Et comment pourront-ils suivre des consignes de la préfecture, quand celle-ci a perdu toute crédibilité ?

Il y avait pourtant autre chose à faire :

- d’abord dire tout simplement que l’on ne savait pas.

- puis, mettre en place une commission de surveillance en associant les syndicats, les associations environnementales afin qu’elles puissent garantir la transparence des informations et du suivi de la crise.

Au vu de ces informations et du risque pour la biodiversité et la santé des habitants, la LPO Normandie exige une vraie transparence et une expertise biodiversité crédible. Nous participerons ainsi à la manifestation à Rouen du mardi 1er octobre.

Le Conseil d'Administration.

Nos actions