Busard Saint-Martin

Circus cyaneus

Inventaire 2005

Le busard Saint-Martin niche du nord de l’Espagne à la Russie en passant par les îles Britanniques et la Scandinavie. Ses bastions sont en Suède et Finlande, puis en France. Dans notre pays, l’espèce a bénéficié de sa protection légale en 1972 et a connu une expansion vers le nord-ouest où ce rapace était très rare autrefois. Il ne niche pas dans la région méditerranéenne et reste très rare dans le massif alpin et l’extrême nord-est et nord-ouest du pays. Olivier, en 1938, connaissait le busard Saint-Martin comme « migrateur régulier et assez commun d’octobre à avril. » Il ajoutait : « Nous ne connaissons pas de records authentiques de reproduction de cette espèce pour la Haute-Normandie. »

Statut en période de nidification

Fréquence :

Le busard Saint-Martin est essentiellement présent dans le sud de l’Eure ainsi que sur les plateaux de Rouen et du Vexin. Il fréquente essentiellement les cultures (fréquence 2 sur 3). Une fréquence de 7 % constante est observable sur tous les mois de cette période.
Abondance :
La carte d’abondance indique une situation similaire à celle de la fréquence. Environ 250 couples sont nicheurs en Haute-Normandie, dont une cinquantaine de couples en Seine-Maritime.
Statut :
Espèce assez rare.

Statut en période internuptiale

Fréquence :

Lors de l’enquête atlas, le busard Saint-Martin a été noté sur plusieurs échantillons sauf en vallée de Seine et dans l’ouest de l’Eure. Sa fréquence est de 13 % avec un maximum à 17 % en novembre -décembre.
Abondance :
Quelques milliers d’individus sont présents lors de la saison internuptiale, avec un maximum au cœur de l’hiver (novembre et décembre). Il est probable que notre région bénéficie d’un apport d’oiseaux nordiques.
Statut :
Espèce peu commune.